Êtes-vous croyant? Personnellement, je le suis. Autant au sens large et littéral qu’au sens religieux, sans toutefois être pratiquant, ou si vous voulez, religieux. Néanmoins, ma croyance, qui consiste plutôt à faire confiance aux autres a ses limites…

Il faut que quelque chose change ici  —  Jean-Paul II

En effet, « Il faut que quelque chose change ici ». Cette phrase historique prononcée par le Pape Jean-Paul ll lors de son voyage en Haïti, en 1983, a destabilisé le Président Jean-Claude Duvalier, qui assistait au discours prophétique du Souverain Pontif. Trois ans plus tard, en 1986, le Président dictateur est chassé du pays par un soulèvement populaire.

Or, suite à cette tempête médiatique qui a déferlé sur la communauté haïtienne de Montréal, n’est-il pas sensé de déclarer « Il faut que quelque chose change dans la communauté » ? Visiblement, « il faut que quelque chose change chez les pasteurs ». Et « Il faut que quelque chose change parmi certains fidèles trop naïfs ».

Mais avant de vouloir tout changer et réformer, analysons un peu le monde évangélique.

L’évangélisation de la communauté haïtienne

Alors qu’elle est morte dans la société québécoise, la foi religieuse connaît un regain de vie dans la communauté haïtienne ainsi que chez nos cousins africains. La croissance phénoménale des Églises évangéliques est palpable dans les quartiers où il y a une forte concentration haïtienne : dans certaines rues, l’alignement des églises est à l’image des centres commerciaux tels que le Dix30.

Reconnaissons que le caractère protéiforme de ce mouvement religieux peut être une menace pour le vivre-ensemble et  le vivre avec le reste du monde, car il n’est pas rare de voir que dans une maison, deux ou même trois membres de la famille prennent des chemins différents à leur rendez-vous dominical.

Des croyants qui prient le Seigneur

Qui fréquente ces Églises protestantes? Autant les jeunes que les vieux. Il y a ceux qui ont fui le « Je vous salue Marie », ceux qui, par souci d’angélisme, adhèrent à l’évangélisme. Et, bien sûr, il y a ceux qui tentent de surmonter les difficultés dans leur vie. Aussi pourrait-on même ajouter un autre groupe, soit ceux qui suivent un courant, une tendance.

Durant les années 80, les protestants étaient perçus comme des marginaux dans la communauté. Aujourd’hui, en discutant avec des nouveaux convertis, je constate qu’il est plutôt cool d’être protestant.

Ces honnêtes fidèles, qui sont en quête de « la bonne nouvelle », qui définit le mot évangile, ne se doutent certainement pas de la mauvaise nouvelle que représentent certains vauriens qui ne s’intéressent au pastorat que pour des fins mercantiles. D’ailleurs, j’ai toujours été intrigué par ces pasteurs qui ne se gênent pas pour exhiber leur richesse, comme si leurs fidèles étaient réellement aveugles; bijoux en diamant, voitures de luxe, maisons dispendieuses, bref… tous les éléments qui devraient susciter un doute. Mais bon, chacun sa vision.

La croyance des Haïtiens

En général, les Haïtiens sont très loyaux, et les pasteurs malhonnêtes le savent bien. Ils savent également que, pour le Noir croyant, la Parole de Dieu n’a pas de prix, ce qui par conséquent favorise la montée des enchères de ces belles paroles bibliques. L’an dernier, un cousin me racontait comment son pasteur lui a exigé une somme de quatre mille dollars pour une séance de prière afin de guérir son enfant qui est atteint d’une maladie grave. C’est une escroquerie « divine »…

Dans mes observations sur cette dynamique religieuse, j’ai remarqué que l’Omerta, soit le code du silence, est un élément crucial. Si bien que, pour plusieurs protestants de la communauté, être un bon fidèle c’est croire aveuglément sans le Punctus Interrogativus, c’est-à-dire poser des questions.

Oh Seigneur!, comme disent les Gens du Pays.

Indubitablement, la foi des Haïtiens est inébranlable et elle dépasse les frontières ecclésiastiques. Parlez-en aux politiciens opportunistes et aux marchands de rêves qui nous promettent de mener une vie de Pharaon dans les Pyramides en investissant des sommes qui tripleront, quadrupleront, mais finalement qui aboutiront dans leurs  poches.

Abus de pouvoir d’un pasteur africain

Croire. Rêver. Espérer. Ces trois mots représentent indéniablement le slogan du croyant muni d’une bonne dose d’optimisme.

Bon! N’exagérons pas! Il nous arrive tous de rêver. Sauf que plusieurs d’entre nous plongent dans un sommeil profond en ayant une foi aveugle en des personnes qui sont de mauvaise foi. Pour créer cette infantilisation psychologique, les gourous s’imposent par la crainte et la superstition. Vous savez, en Haïti, pour endormir l’enfant, on évoque le démon en lui racontant des contes de loup-garou. Comme quoi, le paternalisme est bien présent dans l’univers évangélique.

Un jour, une amie protestante m’a dit : « Un bon pasteur, c’est avant tout un bon parleur et un bon charmeur ». Ne voulant pas entacher la réputation des « vrais » bons pasteurs, je rectifie ces dires en déclarant que les pasteurs imposteurs sont des grands porteurs d’espoir qui ont su maîtriser l’art de parler, de divaguer.

Les fidèles sont-ils des moutons?

Je tiens à préciser que ceci n’est pas une suite des articles du Journal de Montréal, dans lesquels le pasteur Patrick Isaac fait l’objet d’allégations. Je ne peux faire le procès à quelqu’un que je ne connais pas. Du moins je ne connais pas le personnage « apôtre et prophète ». Cependant, le jeune Patrick, souriant et charismatique, m’a été présenté par un ami lors d’une compétition d’athlétisme, dans mon adolescence.

Je trouve tout de même dommage que l’apôtre n’ait pas pu identifier le baiser de Judas et prophétiser le grand coup des journalistes.

À vrai dire, je ne peux me prononcer sur les accusations qui visent « Apôtre » Isaac, car je ne connais pas le dossier. Mais vu la gravité des allégations et compte tenu de l’accumulation de cas similaires dans la communauté, j’estime que le sujet, dont les irrégularités des Églises protestantes, doit être débattu.

Prier ne devrait pas mener un tel à l’appauvrissement, au divorce et au reniement de ses proches.

Contrairement à ce que pensent plusieurs, les fidèles protestants ne sont pas des moutons. Et ils ne sont pas idiots non plus. Sont-ils aveuglés? Peut-être. Tout comme bon nombre d’entre nous peuvent l’être dans une relation amoureuse.

Ces bonnes gens sont légitimement en amour avec Dieu. Il est tout simplement malheureux que des soit-disant représentants de Dieu viennent troubler leur vue.

Cependant, quelque chose peut bien changer.

 

Walter Innocent Jr
Author

J'écris par passion. Je blogue par souci d'une meilleure compréhension du monde complexe dans lequel nous vivons. À travers mes écrits, je compte vous faire voyager dans tous les coins de la planète afin de découvrir et d'explorer les réalités sociales et culturelles de différentes sociétés.

2 Commentaires

  1. Je vous félicite pour ce bel article. Le sujet est traite d’une manière impartiale.Bien que je sois un chrétien dans le vrai sens du terme,j’ai pu remarquer aussi beaucoup de dérives.Certains hommes veulent s’enrichir en utilisant des artifice en vue de tromper les gens. Vous avez raison sur certains points.

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Merci pour le compliment, Bruny Wilfrid! À mon tour de vous féliciter pour votre esprit critique, qui est absent chez plusieurs. Et parlant de ceux qui s’enrichissent malhonnêtement dans la relgion, disons qu’il n’y a pas de corrompu sans corrupteur. À bientôt, mon ami.

Laisser Un Commentaire