À Donald J. Trump, Président des États-Unis d’Amérique

Monsieur le Président,

En tant qu’Haïtien, je vous écris au nom de Jean-Jacques Dessalines, de Capois-la-mort et de Toussaint Louverture. Et en tant qu’amoureux des mots, je profite de l’occasion pour définir avec vous le sens des mots « trou » et « merde », et peut-être même jongler un peu avec ceux-ci.

Donc, selon vous, Monsieur le Président, Haïti et les États africains sont des pays de trou à merde? De quel trou faites-vous allusion exactement? S’agirait-il du trou que vos ancêtres européens ont creusé durant l’esclavage? Et parlez-vous de la merde amenée par votre oncle, l’Oncle Sam, lorsqu’il a indûment envahi Haïti en 1915?

De toute évidence, je doute fort que vous soyez au fait de ces moments historiques, car vous êtes frappé par des trous de mémoire. Une amnésie possiblement due à votre inculture.

Pour vous sortir de votre « trou noir », je vous fais part de quelques faits de cette injustice « made in USA » sur la terre de Dessalines.

Durant l’occupation américaine, Monsieur le Président, plus de 9 000 Haïtiens ont été tués, dont 5 475 dans le camp de concentration de Chabert, dans le Nord, et 4 000 prisonniers dans les prisons du Cap-Haïtien. Des faits qui ont été relatés par le journal Le Courrier haïtien, le 26 février 1921.

Durant l’invasion américaine

Encore pire, au cours des 19 années de belligérance étatsunienne, les paysans haïtiens ont été dépossédés de près de 30 mille hectares des meilleures terres du pays, ce qui a provoqué l’exode de plus de 300 000 paysans vers la République dominicaine et Cuba.

Non, Haïti n’est pas un trou à merde! Elle est perturbée par des siècles de néocolonialisme occidental. Et elle est victime des turpitudes de ses chefs d’État qui ont été formés par les États-Unis

Monsieur le Président, votre arrogance et votre ignorance interfèrent avec les compétences requises pour votre poste. Vous êtes si incompétent et imprévisible que le peuple américain suppute les probabilités d’une procédure de destitution contre vous.

Effectivement, ils constatent que vous êtes la plus grande menace pour leur patrie : plus vous ouvrez la bouche, plus l’empire américain se dirige vers son déclin.

Puisqu’il est question de trou, de merde et de vous-même, alors je vous pose cette question, Président : existe-t-il une différence entre un trou à merde et votre personnage qui est vide de sens? J’ai bien peur qu’il n’en existe aucune, Son Excellence. Sauf qu’il est plus réaliste de croire qu’Haïti et les pays africains auront plus de chance de se débarrasser de leur merde et boucher leur trou que vous de combler votre vide.

Voyez-vous, à votre âge…

Ironiquement, j’ai beaucoup pensé à vous au cours des dernières semaines.

En lisant pour la énième fois Gouverneurs de la rosée du brillant écrivain Jacques Roumain, qui est issu de ce que vous appelez « pays de merde », le titre de ce chef-d’œuvre littéraire m’a drôlement rappelé votre gouvernement de la risée.

Pas plus tard qu’hier, en analysant la misère haïtienne, j’ai fini par philosopher sur votre misère intellectuelle.

Tout un paradoxe, direz-vous.

Trump qui affiche sa stupidité

Malheureusement, l’argent ne peut tout acheter, Monsieur le Président.

Toutefois, dans une de ses chansons, Ti-Manno, l’un des plus grands chanteurs haïtiens, établit le lien entre l’argent et la bêtise. Oui oui, Président. Dans ce succès musical des années 80, Antoine Rossini Jean-Baptiste a prohétisé votre ascension vers la Maison Blanche et vous traite d’idiot.

D’ailleurs, il n’est pas le seul à détecter votre ineptie.

Dans mon article « Kaepernick, Trump et les États désunis », je vous ai décrit comme étant un gwo soulye, c’est-à-dire… en fait, au lieu de vous définir le sens de ce mot haïtien, je vous aligne deux de ses synonymes : bouki et gwayil. Voilà ce que les Haïtiens pensent de vous.

D’autres qui se souviennent de votre célèbre « vous pouvez les attraper par la chatte » diront que vous êtes un « Cadet Jacques », ce sombre personnage du roman « Zoune chez sa ninnaine », de l’Haïtien Justin Lherisson.

Monsieur le Président, veuillez plutôt trouver des qualificatifs à votre peuple qui a exterminé des millions d’Amérindiens pour avoir mainmise sur leur terre.

Des esclaves qui cultivent une plantation

Pensez également à ces millions d’Africains qui passaient des journées entières sous le soleil chaud des plantations de votre pays dont vous êtes si fier. Ne croyez-vous pas que le problème de ces « shithole countries » résulte principalement de ce fait?

Au final, à la rédaction de cette lettre, j’étais indécis, voire confus quant au ton je devais m’adresser à vous vu votre statut de dignitaire.

Cependant, en révisant le texte, M. Trump, je me suis rendu compte que vous n’êtes aucunement digne d’un tel respect. Votre stature est plutôt télé-réelle que présidentielle.

Avec vous, tout est théâtralisé.

Après tout, M. Trump, vous n’êtes qu’un trou du c…

Walter Innocent Jr
Author

J'écris par passion. Je blogue par souci d'une meilleure compréhension du monde complexe dans lequel nous vivons. À travers mes écrits, je compte vous faire voyager dans tous les coins de la planète afin de découvrir et d'explorer les réalités sociales et culturelles de différentes sociétés.

16 Commentaires

  1. Wow ! Je suis perplexe ! Bravo très cher M. Walter INNOCENT JR. BLESSINGS !

  2. Quelle inspiration! J’espere que ce con prendra le temps de lire et, souhaitons qu’il comprendra la portée de cette lettre. Je vais la garder dans mes archives.
    Merci Mr Innocent. Encore un Haitien qui me rend fiere d’etre Haitienne.

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Un gros merci pour les éloges, Jamael! En effet, souhaitons qu’il comprenne le message. De mon côté, j’espère te revoir sur Selon Walter très bientôt.

  3. Wowww je me sens tressallie apres avoir lu et relu ce vibrant message,je souhaite qu’il aura assez de niveau pour comprendre en profondeur tout ce qui est ecrit la dessus,felicitationsssss,nous sommes tres fiers de vous.

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Chère Vanessa, si vous vous sentez tressallie après avoir lu mon texte, alors laissez-moi vous dire que je suis touché par vos éloges. Des gens comme vous me motivent à faire mieux. Merci pour les beaux mots, et repassez plus souvent.

  4. Félicitations M. Innocent d’avoir eu le courage de relever notre fierté. Je vous encourage à continuer dans cette voie. Notre pauvreté ne donne à quiconque le droit de salir notre honneur et notre fierté.
    Bravo « gason vanyan ».

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup Marie Antoine! Je vous promets de continuer de défendre la patrie lorsqu’elle est attaquée. Comme vous dites, nous sommmes pauvres, mais nous avons tout de même une riche histoire. Travaillons collectivement pour que les choses changent en Haïti. Au plaisir de vous revoir sur Selon Walter, chère comaptriote.

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup Olguens Hyppolite! C’est vraiment gentil de votre part.

  5. Jean R Marcellus Répondre

    Il n y a pas d autres mots ni d autres facons de dire ce qui peut mieux exprimer le sentiment d un vrai haitien. La seule personne qui avait trouve autant, etait capois la mort et vous savez dans quelle circumstance.
    Merci mon frere.
    Jean r marcellus

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Ah, Capois-La-Mort! Quelle inspiration! Je vous remercie beaucoup pour ces compliments Jean Marcellus. Et je dois aussi vous féliciter pour votre éloquence, qui plairait bien à Dessalines et Capois-La-Mort. N’hésitez pas à nous rendre d’autres visites, cher ami.

  6. FELICITATION MON CHER J ESPERE QU IL VA PASSER SON TEMPS A BIEN LIRE CETTE LETTRE AFIN QU IL PUISSE COMPRENDRE TRES BIEN L HISTOIRE D HAITI AINSI QUE LES ETATS UNIS, JE ME POSE CETTE QUESTION QU ELLES LES CRITERES POUR ETRE PRESIDENT DES ETATS UNIS.

    • Walter Innocent Jr
      Walter Innocent Jr Répondre

      Merci Paurice Photo!Espérons bien que Trump lise cete lettre. Et pour répondre à votre dernière question, disons que Donald Trump vient a baissé les standards de la Maison Blanche. À bientôt, mon ami!

Laisser Un Commentaire